Leur petit nid d’amour !

Ça y est ! Nous avons enfin terminé la décoration de la chambre des filles.  Nous avons réussi à leur créer leur petit cocon plein de poésie et de douceur.

  
Je dois d’ailleurs avouer que je suis plutôt fière de ce résultat, à notre image. 

Je souhaite que cette chambre soit emplie de joie, de rires d’enfants.

Je rêve de ces moments de bonheur partagés, de jeux, de berceuses.

J’imagine la lecture de l’histoire du soir, suivie de gros câlins avant une douce nuit.

Je pense à mes filles choisissant leurs tenues devant cette commode. 

Je les imagine rêvant à demain.

Mon petit cœur de Maman s’émoustille déjà le matin lorsque je vais les chercher à leur réveil, et qu’elles m’attendent avec des sourires….

   
 

Nos indispensables puériculture

Comment se retrouver dans la jungle du matériel de puériculture lorsque l’on doit investir, qui plus est quand on attend des jumeaux ? J’ai donc passé beaucoup de temps durant ma grossesse à comparer les produits, à me renseigner, notamment sur les blogs de parents. 

Alors à mon tour de vous confier mes impressions strictement personnelles sur les produits que nous utilisons au quotidien depuis l’arrivée de nos bichettes.  

Côté promenade 

  • La poussette

  
Lorsqu’on attend des jumeaux la question de la poussette est la première à laquelle on pense. Ce fut notre premier achat d’ailleurs. On est pleinement satisfait de notre Evolutwin. Maniable, compacte et jolie ! Nous utilisons actuellement les cosys. L’investissement dans les bases isofix pour la voiture a également été indispensable. Pas de soucis pour sortir de la maison, on sait que ce sera rapide. A nous les sorties entre filles ou avec Papa !     

Côté repos / sommeil

  • Le cocoonababy 

  

 

On a eu la chance de se faire prêter deux modèles. Nos filles passent ainsi leurs siestes en journée confortablement lovées dans ces nids. Pour la nuit, nous préférons les installer directement sur de bons matelas à mémoire de forme dans leur gigoteuse.

  • Le tapis Pili Mat

  
Super ! Ce matelas isolant et large sert d’aire de jeu à nos petites. Évolutif, il devrait nous servir longtemps. On le complète parfois avec un tapis d’éveil classique.

Côté alimentation

  • Les biberons Mam

  
Aucun problème, ils ont directement été adoptés à la maison. Chacune sa série de couleur et tout roule !

  • Le bib expresso

  
Nous n’avons investi qu’au dernier moment mais cela valait largement le « coût » ! En un rien de temps, le biberon est prêt et à bonne température. Nous qui avions espéré qu’elles prendraient leurs biberons à température ambiante, comme ce n’est finalement pas le cas, cet achat est salvateur.

Nous avons acheté ces articles neufs, en chassant les promos ! N’hésitez pas à partager vos bons plans et coups de cœur.

Le déclenchement et leurs venues au monde !

Malgré mes efforts durant le week-end, nos filles n’avaient toujours pas décider de venir nous rencontrer. Le lundi matin nous nous sommes donc rendus comme prévu à la maternité. Le travail n’avait que peu commencé et les salles de naissances étaient toutes prises. Comme il n’y avait pas de caractère d’urgence, l’équipe médicale nous a proposé après examen soit de rentrer chez nous et d’attendre, soit d’aller se promener et de revenir en début d’après-midi. Nous avons choisi la seconde option. 

C’est ainsi que je me suis retrouvée le lundi en fin de matinée à me promener en centre-ville, dans les grands magasins en espérant que ça ferait avancer les choses. 

Vers 14h, le sage-femme nous a directement installés en salle de naissance, le travail avait bien commencé. Il m’a posé la perfusion d’ocytocine, il fallait maintenant attendre… 

J’avais souvent entendu que cela pouvait être long et surtout douloureux. Long, cela l’a été mais on ne s’est pas ennuyé, on a beaucoup discuté, un peu dormi et aussi blagué avec l’équipe médicale. Douloureux, je m’étais préparée à beaucoup plus… La péridurale m’a été posée assez tôt afin de percer la première poche des eaux. Une fois que j’avais compris comment auto-contrôler les doses cela m’a permis de sentir l’évolution mais je n’ai pas eu de douleurs. 

La pose de la péridurale fut d’ailleurs le moment le plus stressant pour moi, la peur de mal faire. Le deuxième moment de doute fut lorsque minuit approcha et que nous avons craint que nos filles ne naissent pas le même jour. Ouf, ça n’a pas été le cas ! 

Léa est née à 1h09. Après un bref câlin, elle a été emmenée pour ses soins. Il n’a alors pas fallu tarder à repousser pour faire naître la deuxième qui était en siège. Zoé a pointé le bout de son nez à 1h14.  Mes deux bébés de 2,7kg et 2,480kg ont reçu leurs premiers soins. Léa a dû être transférée, sous l’œil de Papa, en néonatalogie pour une surveillance suite à une petite détresse respiratoire. Nous sommes restées avec Zoé durant les deux premières heures pour nos premiers moments de tendresse. 

Dans la matinée, apres cette longue mais merveilleuse journée, nous étions tous les quatre réunis en chambre d’unité kangourou. 

  

Trois mois plus tard…retour chez Njut Njut !

Nous avions rendez-vous le lundi matin pour le déclenchement de mon accouchement. Le week-end précédent, toutes les activités étaient bonnes pour faire débuter le travail.

Ils nous restaient quelques courses à faire pour la chambre des demoiselles alors le samedi après-midi direction « Njut Njut », comme on aime à surnommer le géant suédois à la maison.

Avec mon gros ventre de près d’un mètre vingt de circonférence, on a arpenté les rayons. Et oui, il fallait qu’on s’équipe de leurs fameux fauteuils confortables pour donner les nombreux biberons dans les prochains mois !

Hasard du calendrier, nos puces vont avoir trois mois la semaine prochaine et nous avons besoin de monter une étagère dans leur chambre. Alors ce samedi, direction …. les rayons d’Ikea… avec la poussette double cette fois !!!! 

   

La naissance de mes filles

Durant la grossesse, l’ensemble du corps médical m’avait prévenue. Une grossesse gémellaire est une grossesse à risques, d’autant plus quand elle est de type monochoriale-biamniotique (un placenta et deux poches amniotiques). 

  
Dans notre esprit, nous avons toujours fonctionné par étapes : les grands caps de la prématurité (22SA, 28SA, 32SA…). Chaque échographie bi-mensuelle nous aidait à nous projeter un peu plus loin. Le gynécologue nous avait dit dès le début que nous n’irions pas au delà de 38SA, soit vers le 10 décembre. 

Au fond de moi, je me disais que si je tenais jusqu’à la mi-novembre ce serait déjà top… Les semaines ont passé et j’étais en pleine forme, tout comme les bébés. Sans y croire, décembre a pointé le bout de son nez et nous avons sérieusement parlé du déclenchement. 

Lors de notre écho du 2 décembre, nous nous disions que nos puces pouvaient décider de venir à tout moment. Nous prenions rendez-vous à la maternité avec le gynécologue pour le lundi 7 décembre au matin, durant une de ses gardes. D’ici là, nous espérions que le travail commence… Je n’avais toujours pas de contractions dignes de ce nom !