La naissance de mes filles

Durant la grossesse, l’ensemble du corps médical m’avait prévenue. Une grossesse gémellaire est une grossesse à risques, d’autant plus quand elle est de type monochoriale-biamniotique (un placenta et deux poches amniotiques). 

  
Dans notre esprit, nous avons toujours fonctionné par étapes : les grands caps de la prématurité (22SA, 28SA, 32SA…). Chaque échographie bi-mensuelle nous aidait à nous projeter un peu plus loin. Le gynécologue nous avait dit dès le début que nous n’irions pas au delà de 38SA, soit vers le 10 décembre. 

Au fond de moi, je me disais que si je tenais jusqu’à la mi-novembre ce serait déjà top… Les semaines ont passé et j’étais en pleine forme, tout comme les bébés. Sans y croire, décembre a pointé le bout de son nez et nous avons sérieusement parlé du déclenchement. 

Lors de notre écho du 2 décembre, nous nous disions que nos puces pouvaient décider de venir à tout moment. Nous prenions rendez-vous à la maternité avec le gynécologue pour le lundi 7 décembre au matin, durant une de ses gardes. D’ici là, nous espérions que le travail commence… Je n’avais toujours pas de contractions dignes de ce nom ! 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s